top of page
  • Olivia Fortier Naturopathe

QUAND SANTÉ DIGESTIVE RIME AVEC HCL

Le processus de la digestion débute dans la bouche avec la mastication et la salive qui font subir quelques transformations aux aliments qui par la suite passent dans l’œsophage. Arrivés dans l’estomac, il y a brassage et péristaltisme. Les parois de l’estomac qui sont tapissées de glandes gastriques permettent la sécrétion de plusieurs substances, l’acide chlorhydrique, la pepsine, le facteur intrinsèque et du mucus, qui ont toutes un rôle à jouer dans la digestion des aliments.

La pepsine dégrade les protéines alors que le facteur intrinsèque, une glycoprotéine, est nécessaire à l’absorption intestinale de la vitamine B12. L’acide chlorhydrique, qui a un ph bas situé entre 1 et 2 (acide), permet de détruire les bactéries et autres pathogènes entrant dans le tube digestif. Cet acide est une substance assez puissante qui pourrait dissoudre le métal mais c’est grâce à la production de mucus que l’estomac se protège et ne s’auto-digère pas.


Normalement, le corps produit une quantité adéquate d’acide selon les aliments ingérés et de leurs quantités. Cependant, certains facteurs influencent grandement la production de cet acide et des autres sécrétions digestives : le stress, l’âge, l’alimentation transformée, les carences en certaines vitamines et minéraux importants, l’utilisation d’antibiotiques et autres médicaments (les anti-acides) ainsi que la présence d’une bactérie comme l’Helicobacter pylori sont des causes fréquentes de manque d’acidité gastrique. L’alcool, le tabac, les excès de chocolat, de café, d’épices et de protéines animales ont plutôt tendance à créer une surproduction d’acide chlorhydrique qui pourrait aussi déclencher des ulcères, des reflux gastro-œsophagiens, des brûlures d’estomac et le refoulement de goûts acides et amers dans la bouche. Les symptômes d’hypo et d’hyperchlorhydrie sont similaires. Pourtant, malgré la croyance, il est plus commun de nos jours d’avoir un faible taux d’acide chlorhydrique dans l’estomac.


Symptômes et signes reliés au manque d’acidité gastrique :

  • brûlures d’estomac;

  • reflux gastro-œsophagiens;

  • malaises post-prandiaux;

  • fatigue après les repas;

  • nausée;

  • indigestion, digestion lente;

  • lourdeur, douleurs ou crampes à l’estomac;

  • fermentation et/ou putréfaction: ballonnements, éructations, flatulences;

  • aliments non digérés dans les selles;

  • côlon irritable, constipation et/ou diarrhée;

  • mauvaise haleine;

  • appétit faible ou excessif (perte ou gain de poids);

  • perte de cheveux;

  • ongles cassants, dédoublés.

Les troubles et conditions reliés au manque d’acidité gastrique :

  • ulcères, gastrite;

  • anémie;

  • fatigue chronique;

  • malabsorption : carences en vitamines B, particulièrement en B12, C, en minéraux tels que le fer, zinc, magnésium, calcium et cuivre;

  • perte de masse musculaire;

  • ostéoporose;

  • troubles des gencives;

  • allergies, urticaire, asthme;

  • porosité intestinale, intolérances alimentaires, maladie de Crohn, colite ulcéreuse, maladie cœliaque;

  • troubles de la peau : acné, eczéma, psoriasis, vitiligo, dermatite séborrhéique, rosacée, mauvaise cicatrisation;

  • calculs biliaires, hépatite;

  • diabète;

  • dysbiose intestinale : présence élevée de levures, bactéries, parasites dans les intestins, infections vaginales;

  • manque d’enzymes pancréatiques;

  • troubles de la thyroïde : hypo et hyperthyroïdie (Hashimoto, Graves);

  • troubles de l’humeur, dépression, anxiété, schizophrénie;

  • insomnie;

  • maladies dégénératives, démence et Alzheimer;

  • maladies cardio-vasculaires;

  • fibromyalgie;

  • maladies auto-immunes : polyarthrite rhumatoïde, syndrome de Sjögren, lupus érythémateux;

  • TDAH;

  • autisme;

  • infertilité.


Pourquoi le manque d’acide chlorhydrique est à la base d’autant de maux?

La digestion joue un rôle majeur dans l’état de santé et de bien-être d’une personne. C’est le ph acide qui permet de déclencher toute une cascade de mécanismes qui sont à la base de la digestion et de l’assimilation. Lors d’un manque de HCL, les aliments restent trop longtemps dans l’estomac et cela irrite la muqueuse, cause des gaz et des ballonnements. Par manque d’acidité, le sphincter de l’œsophage devient paresseux et reste ouvert, ce qui cause des brûlements, des reflux etc. De plus, lorsque les aliments sont mal digérés, il se retrouvent dans la circulation sanguine et sont traités comme des corps étrangers par notre système immunitaire. Il s’ensuit donc une prédisposition à toutes sortes d’allergies, d’intolérances et de maladies. On entend souvent l’expression : « Nous sommes ce que nous mangeons » mais nous sommes plutôt ce que nous assimilons puisqu’un déséquilibre au niveau nutritionnel a plusieurs conséquences sur les fonctions du métabolisme.


Comment tester son niveau d’acidité

Le test est effectué deux matins consécutifs, l’estomac vide, c’est à dire avant de manger et boire. – Mettre 1/4 de cuillère à café de bicarbonate de soude dans un verre d’eau (200ml). – Buvez le mélange et prenez une montre afin de compter au bout de combien de temps vous allez avoir un rôt conséquent. Entre 1 à 2 minutes : taux normal Entre 3 à 5 minutes : hypochlorhydrie (taux bas) Au delà de 5 minutes : achlorhydrie (absence d’acide chlorhydrique)


Si vous produisez suffisamment d’acide chlorhydrique, vous commencerez normalement à roter plusieurs fois dans les deux minutes. Si ce temps est plus long, c’est un signe d’un manque d’acidité gastrique. Le mélange dans l’estomac du bicarbonate de soude et de l’acide chlorhydrique fabrique du dioxyde de carbone. C’est ce gaz qui crée les éructations.


Approches naturopathiques

Heureusement, la naturopathie offre son lot de solutions pour soulager les symptômes tout en allant régler la cause.


Mes indispensables pour rétablir le taux d’acidité gastrique :

  • le vinaigre de cidre de pomme. Prendre 1 c. à table dilué dans un peu d’eau avant les repas. Aide à équilibrer le ph acide.

  • les plantes amères en teinture ou tisane. Stimule les enzymes digestives.

  • le gingembre en tisane (bouillir 10 min) ou mâcher un morceau. Stimule la production d’acide et a un effet protecteur de la muqueuse de l’estomac. Reconnu pour ses bienfaits sur la digestion et la santé gastrique. Propriétés antiulcéreuses et soulage la dyspepsie (douleur ou malaise épigastrique).

  • Le jus de choucroute (sauerkraut ou chou fermenté) ou de chou. Stimule la production d’acide. Protège et favorise la guérison du tube digestif. Consommez quelques cuillères à café de ce jus avant de manger.

  • Mangez des aliments contenant de la bétaïne : betterave, brocoli, épinards, poisson et légumineuses. La bétaïne peut aider l’estomac à produire plus d’acides.

Il y a aussi plusieurs autres remèdes proposés qui ont déjà démontré leur efficacité afin de soulager les symptômes, de supporter la digestion ainsi que réparer la muqueuse : aloès, huiles essentielles, DGL, guimauve, orme rouge, bétaïne, HCL et pepsine, enzymes digestives, citron, zinc, vit C, bouillon d’os…


Conseils généraux :

  • Prendre le temps de mastiquer chaque bouchée;

  • Manger de petits repas plus fréquemment;

  • Éviter les excès d’épices, les sucres, le café, les boissons gazeuses et l’alcool;

  • Éviter de boire trop en mangeant car cela dilue les sucs digestifs;

  • Pratiquer une méthode de relaxation (méditation, lecture, marche);

  • Incliner la tête du lit.

Consulter votre naturopathe pour connaître et choisir l’approche qui vous convient le mieux. Il/Elle sera certainement vous guider dans votre démarche de santé!


Références :

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page